jeudi 30 juin 2011

Comme d'hab.

Ne soyons pas mesquin. Quoique je préfère photographier les automoteurs de la batellerie, j'ai quand même saisi ce plaisancier.

Cet insecte n'a pas besoin de me rappeler que nous avons aussi un petit bateau: LIBELLULE


Entre Kampenhout et Tildonk, canal de Louvain , des habitués du transport fluvial.

Un montant, le campinois VERDUGO chargé de sable marin


L'autre avalant, le campinois FRADY chargé de ... ? Pas moyen de voir ce qu'il a dans la cale. Du sable de terrassement ?



Petite vidéo : observer le canard blanc habitué au trafic


mardi 28 juin 2011

Boom et ses chantiers, fin

Fin du 19e début du 20e siècle, beaucoup de bateaux étaient construits sous la forme de "klipperaak". Du chantier De Toekomst , on peut en voir un sur le site "Binnenvaartforum" construit 1902: cliquez sur

JACOBA

A Boom, dans un centre consacré aux chantiers de jadis, se trouve le klipperaak CLOTILDE, un témoin du transport de la brique.

Construit en 1910 par le chantier De Wachter à Boom; 20 x 5 m. C'est sa première devise . Il n'a jamais été motorisé. En fait c'est un voilier avec une grande voile et un foc. Comme j'ai pu comprendre , on se servait du mat et de la bôme pour charger. Un safran de gouvernail énorme car naviguant lentement. Les dérives pour contrer les vents violents . Une "poupe" en forme de queue de baleine pour contrer les effets des vagues d'étrave.

Une étrave "tulipée"

Les conditions de vie étaient très sommaires comme illustrent ces photos du rouf.

Le batelier devait dormir en chien de fusil (ou de mousquet avant 1866) et un tiroir servait de berceau au nourrisson. Ingénieux quand même.

La cale .

Le CLOTILDE après la fermeture progressive des briqueteries a servi pour transporter de la poudre noir (mines) des betteraves sucrières et aussi comme atelier pour une entreprise de dragage. Et puis il est resté pourrir inactif pendant 10 ans pour être finalement sauvé des eaux et du déchirage.

Dans le centre une "maquette" de bateau en bois ( chantier Van Praet-Dansaert à Baasrode) . Je me demande si ce modèle est une bélandre.

L'ancien chantier De Wachter se trouve à 50m. Aujourd'hui c'est le chantier Vennekens et on y construit des yachts

Pour voir l'accès du chantier au Rupel , je dois descendre sur cette plate-forme : maximum 10 personnes. C'est encourageant.

Compléments de photos. Je remercie la responsable de ce centre nautique pour les explications et la permission de photographier

Liste des chantiers à Boom en 1959

une mise à l'eau

les charpentiers "marins"et le contremaître
le nom d'une des briqueteries, celle-ci fermée en 1960, sans lesquelles toute cette épopée de la batellerie n'aurait pas eu lieu.


lundi 27 juin 2011

Boom et ses chantiers, suite 1

En remontant vers le centre de Boom , le Chantier De Rupel Kennes connu en 1924 sous le nom de Chantiers Navals du Rupel à Boom. Quelques bateaux sont en attente d'une mise au sec.

Une vieille connaissance du canal de Louvain, le FIANDRE.


Ce chantier s'occupe de réparation et également de déchirage. Ce que l'on aime pas de voir.

Je reconnais la devise car j'avais vu ce bateau en 2009 au Pont Brulé canal maritime Escaut Bruxelles.
Celui-ci , rencontré sur le canal de Charleroi Bruxelles a plus de chance car on lui refait une beauté.Un fameux portique
Au long des berges du Rupel , on voit des emplacements d'anciens chantiers disparus


Au cours des siècles les emplacements de chantier ont connus des propriétaires successifs.
En 1901, par exemple, le chantier A. Michiels - Van der Planken devient le chantier DeWinter
C'est comme ce quartier près du centre de Boom. Un chantier y est renseigné depuis 1721 . En 1902 il abrita le chantier Toekomst. Après la seconde guerre ce chantier deviendra Em. Lambrechts De Toekomst. Pas facile de s'y retrouver.


A suivre...

dimanche 26 juin 2011

Boom et ses chantiers

Je recherche toujours d'anciens chantiers. Dans la région du Rupel , et à Boom principalement, on en dénombre pas moins de vingt-deux. Durant les siècles passés se sont développées le long du Rupel pas mal de briqueteries. Chaque briqueterie avait ses propres chalands , à fond plat , et partant ses propres chantiers de construction et d'entretien de bateaux. En effet la brique de Boom était très connue . Par exemple après l'incendie de Londres au XVIIe siècle des voiliers quittant Boom faisaient la navette vers la capitale britannique.
Musée de la briqueterie près d'un des 2 chantiers Lambrechts

Je me rapproche du chantier mais faire des photos à travers le grillage n'est pas aisé

Le propriétaire actuel de l'ancien chantier Lambrechts m'invite de rentrer sur le chantier. Sympa. L'autre chantier, plus grand , se trouvait plus en aval , au centre de Boom.

L’entrée des bâtiments. La porte m'est ouverte.

Toute la cale a été bétonnée . Il ne manque plus que le sas de fermeture. Donc quand s'est marée haute, pour l'instant, ben le niveau monte aussi dans la cale qui n'est plus sèche.

Mais je suis attiré par ce vieux 39m. Le proprio me dit qu'il a été conçu pour naviguer sur le Rhin. Au départ halé ou remorqué. C'est le SANTO ANTONIO , construit en 1907 au chantier Van Garsse à Moerbeek Waas (Belgique)




Et le "spiegelgat" comme indiqué qui est la poupe ou tableau arrière plat.
Ma matinée commençait bien . Je vous raconte la suite la prochaine fois